Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La grange de Lavaud

En attendant l’été

22 Mai 2014, 14:33pm

Publié par Alynpier

Durant ces trois dernières semaines, je me suis uniquement occupé du jardin. Après, il sera trop tard, et avant la météo n’était pas vraiment favorable. Comme je n’ai pas (pas encore) de facilité pour faire des semis dans de bonnes conditions, je dois me contenter de mes semis-bouteilles laissés à l’extérieur, et il y a eu des gelées nocturnes jusqu’à début mai !
Ce problème sera résolu par la mise en place d’une serre (ou pour le moins d’un espace servant de) avant la fin de l’année.
Donc, le programme était : débroussaillage, nettoyage du terrain, mise en place de nouveaux carrés, mise en culture des carrés existants, et une grosse partie de terrassement pour tenter de niveler ces montagnes russes !

La fosse septique/cuve

Comme dit auparavant, j’ai pris la décision de confier l’assainissement à un système de phyto-épuration. Ça signifie que je vais définitivement supprimer la fosse septique existante (4000 litres neuve, juste posée et jamais raccordée) et que je dois donc combler le trou dans lequel elle se trouve. Le comblement sera fait en utilisant la butte de terre qui se trouve en haut du terrain, face à la porte; le fait de remplir le trou de la fosse fait remonter celle-ci, la rendant plus facile à l’extraire. De plus, ce trou était mal placé, car situé juste au coin de la terrasse prévue.
En fonction du niveau de l’eau dans le trou et dans la cuve, la cuve est plus ou moins haute. A mon arrivée (juillet 2013), elle était au plus bas : trou quasi vide et cuve à moitié pleine.

En attendant l’été
En janvier, après avoir dégagé tout autour (trou plein d'eau).

En janvier, après avoir dégagé tout autour (trou plein d'eau).

Début mai, après avoir vidé la cuve de son eau de pluie et commencé à remplir le trou avec de la terre et des pierres.

Début mai, après avoir vidé la cuve de son eau de pluie et commencé à remplir le trou avec de la terre et des pierres.

 A ce jour, il n’est plus possible de remplir de terre et la cuve est arrivée à son plus haut, il reste maintenant à la sortir avant de finir de combler le trou.

A ce jour, il n’est plus possible de remplir de terre et la cuve est arrivée à son plus haut, il reste maintenant à la sortir avant de finir de combler le trou.

Nivellement de la butte

Les travaux de terrassement continuent ! Si ça n’était que de la terre, ça irait, mais là il y a un peu de tout. 

Donc, j’en profite pour trier et extraire autant que possible les « indésirables », y compris les racines des ronces, énormes et profondes.

Donc, j’en profite pour trier et extraire autant que possible les « indésirables », y compris les racines des ronces, énormes et profondes.

Je ne suis pas mécontent du résultat, même si ça n’est pas encore terminé.
Je ne suis pas mécontent du résultat, même si ça n’est pas encore terminé. Je ne suis pas mécontent du résultat, même si ça n’est pas encore terminé.
Je ne suis pas mécontent du résultat, même si ça n’est pas encore terminé.

Je ne suis pas mécontent du résultat, même si ça n’est pas encore terminé.

Les bacs de plantation

Faussement appelés « carrés potagers » dans mon cas, car ils n’ont de « carré » que la forme (et encore, puisque j’utilise aussi le double-carré…), et de « potager » que le contenu…
Il s’agit de bacs en bois, posés au sol, et maintenus aux quatre coins par des piquets. L’intérieur est rempli de morceaux de bois, d’abord assez gros dans le fond, puis plus fin au dessus, de broyat de bois, de feuilles mortes, de tonte, puis d’un mélange de terre, terreau, compost et fumier. En fait, tout ce que je peux trouver sur place. La culture hors-sol présente pas mal d’avantages. J’y vois tout d’abord la maîtrise complète de la nature du substrat (ici pas de pierres, sauf si on en met !), un travail moins pénible qu’au sol, une plus grande diversité dans les cultures, un plan de jardin plus « amusant », une facilité d’entretien remarquable, etc… Bien sûr, au chapitre des inconvénients, il y a la construction de ces carrés et leur premier remplissage, assez exigeants en ressources.
Je pense que ce travail initial sera rapidement amorti au fur et à mesure de leur utilisation.
Voilà ce que ça donne sur un plan. J’ai superposé une photo aérienne et le plan du cadastre, et fait un relevé approximatif, largement suffisant en l’état.

Ma première expérience a été la tour à patates, placée à peu près n’importe où !

Ma première expérience a été la tour à patates, placée à peu près n’importe où !

Puis j’ai replanté mes 6 premiers arbres, une opportunité qui s’est offerte. J’ai dû rapidement dégager 6 emplacements, et j’ai fait au mieux en fonction de la nature du terrain. Je les ai planté en les espaçant au pif, d’environ 3,5/4 m.
A l’intérieur de ces deux carrés, j’ai alors installé mes deux premiers bacs carrés, le premier en utilisant des planches de récupération, le second avec du pin douglas, acheté dans une scierie proche.
J’ai également mis en place un composteur, formé par quatre palettes assemblées en carré.
 

En attendant l’été

Je continue avec un grand bac (double-carré) et deux autres bacs « bas » que je pourrai remonter à l’occasion. Leur avantage immédiat est d’être facile et rapide à monter, tout en assurant une première protection; parfaitement limités, on ne marche pas dedans, et il est plus facile de surveiller les plantations.
Je rajoute un 7e arbre, il s’agit d’un pêcher sauvage, transplanté depuis un champ voisin.

En attendant l’été

A l’avenir (pointillés), je compte installer encore quelques bacs (« haut » en brun foncé et « bas » en brun clair) et au moins un arbre, ainsi que déplacer la tour à patates l’an prochain (vert clair).
 

En attendant l’été

Les bacs

Quelques planches et des vis, et voilà ! Quelques planches et des vis, et voilà !
Quelques planches et des vis, et voilà !

Quelques planches et des vis, et voilà !

Remplissage ! Remplissage !
Remplissage ! Remplissage !

Remplissage !

Le plan de plantation, en fonction des plants et des graines que j’avais… C’est vrai que je me suis un peu amusé, aussi.
Le plan de plantation, en fonction des plants et des graines que j’avais… C’est vrai que je me suis un peu amusé, aussi.

Le plan de plantation, en fonction des plants et des graines que j’avais… C’est vrai que je me suis un peu amusé, aussi.

Après quelques jours, tout a repris (plants) et tout est sorti (graines), sauf le céleri...
Après quelques jours, tout a repris (plants) et tout est sorti (graines), sauf le céleri...

Après quelques jours, tout a repris (plants) et tout est sorti (graines), sauf le céleri...

Les fraises

Début mars, j’avais repiqué en vitesse 12 petits plants de fraisiers que ma voisine Susan m’avait apportés. N’ayant pas à l’époque commencé mes bacs de culture, je les avais installé le long de la clôture, en ajoutant un peu de terre sur le sol existant.

Du vite fait, pour éviter de laisser les plants souffrir dans leurs petits godets.

Du vite fait, pour éviter de laisser les plants souffrir dans leurs petits godets.

Deux mois plus tard, ils ont bien prospéré; je m’en suis occupé, de manière à ce qu’ils ne soient pas envahis d’herbes indésirables.

Deux mois plus tard, ils ont bien prospéré; je m’en suis occupé, de manière à ce qu’ils ne soient pas envahis d’herbes indésirables.

Pour les protéger et éviter que les bords de la butte ne s’affaissent, j’ai simplement utilisé des ardoises (j’en ai un stock) enfoncées sur la tranche et maintenues par des petits piquets de bois.

Pour les protéger et éviter que les bords de la butte ne s’affaissent, j’ai simplement utilisé des ardoises (j’en ai un stock) enfoncées sur la tranche et maintenues par des petits piquets de bois.

Pour terminer, un petit paillage avec un broyat de branches ramassées en forêt. Ils ont l’air d’apprécier. On verra bien comment seront les fraises, car pour l'instant il n'y a que des feuilles à manger...
Pour terminer, un petit paillage avec un broyat de branches ramassées en forêt. Ils ont l’air d’apprécier. On verra bien comment seront les fraises, car pour l'instant il n'y a que des feuilles à manger...

Pour terminer, un petit paillage avec un broyat de branches ramassées en forêt. Ils ont l’air d’apprécier. On verra bien comment seront les fraises, car pour l'instant il n'y a que des feuilles à manger...

Les patates

De mieux en mieux !

S’il y a autant de patates en dessous que de feuilles au dessus, ça va être l’abondance !

S’il y a autant de patates en dessous que de feuilles au dessus, ça va être l’abondance !

J’ai remis du terreau pour remonter le niveau, et j’ai rajouté deux planches tout autour. On voit même un plan qui a poussé en bas, entre deux planches…

J’ai remis du terreau pour remonter le niveau, et j’ai rajouté deux planches tout autour. On voit même un plan qui a poussé en bas, entre deux planches…

Je vais continuer à remplir, on verra bien le résultat !

Je vais continuer à remplir, on verra bien le résultat !

A partir de fin juin, il sera même possible en enlevant une planche en bas, d'aller gratter un peu pour extraire des pommes de terre nouvelles. Il suffit après de remettre la terre et la planche... Sympa comme solution, on se sert à la demande tout en laissant pousser les autres !

Retour au bercail

Le bel anticyclone de ces derniers jours a cédé la place à un temps franchement moins agréable. De toutes façons, j'en ai quasiment fini avec la mise en place du jardin pour cette saison, le plus gros a été fait. Il me reste à surveiller et regarder pousser mes légumes !

Comme en plus la température est quand même remontée, je vais pouvoir recommencer les travaux à l'intérieur de la grange...

A suivre !

Commenter cet article

Yoan 02/06/2014 15:17

Quel boulot abattu dans le jardin ! Chapeau !
Pour les patates, j'ai bel et bien l'impression que ça va être l'abondance …. miam

Continue à écrire, tes récits sont passionnants !

JeBe 22/05/2014 16:50

Super, ça avance à pas de géant :-)

Alynpier 22/05/2014 19:04

Heu... le jardin, oui, ça va ! Pour le reste, ça n'a pas avancé du tout.