Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La grange de Lavaud

Jardinage de printemps, la suite…

24 Avril 2014, 17:59pm

Publié par Alynpier

Après cet intermède au soleil, je reprends la route de Lavaud.
La végétation ne m’a pas attendu et a profité d’une météo clémente pour se développer ! Ce qui est bon pour mes premières plantations l’est beaucoup moins en ce qui concerne les orties et les ronces qui ont de nouveau commencé à coloniser les espaces que j’avais préalablement dégagés.

Jardinage de printemps, la suite…

Par contre, l’avantage d’avancer à un rythme lent, imposé d’une part par la météo et d’autre part par des conditions bassement matérialistes (!), fait que ça laisse beaucoup de temps à une réflexion nourrie par d’innombrables visites sur le Net. On y trouve à peu près tout sur tous les sujets et les divers avis et expériences de chacun me permettent d’avancer sur ma propre situation.

L’assainissement

La première décision importante concerne le système d’assainissement non collectif à mettre en œuvre. Les précédents propriétaires avaient opté pour une fosse toutes eaux de 4000 litres et un filtre à sable. D’après ce que j’ai compris, la visite de vérification des travaux avant recouvrement (par le SPANC) n’a pas eu lieu, ce qui fait que le filtre n’a pas été validé et qu’il est donc totalement inutilisable. Par la suite, comme les travaux ont cessé « en l’état » et la grange remise en vente, je me retrouve avec une fosse septique bancale dans un trou pas assez grand pour elle et un décaissé sur mon terrain d’une dizaine de m2, d’une cinquantaine de cm de profondeur, le tout rempli de sable et de cailloux…

C’est ce trou qui nous avait servi l’an dernier pour le brûlage des innombrables déchets de bois sortis de la grange.C’est ce trou qui nous avait servi l’an dernier pour le brûlage des innombrables déchets de bois sortis de la grange.

C’est ce trou qui nous avait servi l’an dernier pour le brûlage des innombrables déchets de bois sortis de la grange.

Et accessoirement, le soir, pour faire notre barbecue !

Et accessoirement, le soir, pour faire notre barbecue !

Après mûre réflexion et avoir envisagé plusieurs alternatives, mon choix s’est porté sur un système d’assainissement écologique sans fosse septique, sur filtres plantés. C’est ce qu’on appelle la phytoépuration.
Ayant déjà opté pour des toilettes sèches, cette solution ne nécessite alors qu’une filière d'assainissement simplifiée à un seul filtre planté.

Le dossier est en cours, je vous en reparlerai au fur et à mesure.

Le dossier est en cours, je vous en reparlerai au fur et à mesure.

Ce qui en résulte

Une fois cette décision prise, il me reste à régler deux « problèmes » : l’élimination de la fosse, vierge de toute utilisation sanitaire (je vais la mettre en vente sur LeBonCoin), le rebouchage de son trou, ainsi que la remise à niveau du décaissé correspondant au filtre à sable.
Il y a largement de quoi faire sur le terrain car ce qui a été sorti des trous correspond aux différents monticules déposés ça et là…
Il va falloir de la main d’œuvre, ou un « gros » outil !
A ce sujet, je me permets de vous signaler un excellent article de Loïc Vauclin, l’animateur du site « Mon potager en carré », qui mérite grandement réflexion… Je vais étudier une solution locale de près.

Le composteur

Pour l’instant, je laisse une grande partie du terrain en l’état et je continue à nettoyer à la main la partie potagère. Un composteur s’avère vite indispensable, que je vais pouvoir remplir avec toute la végétation arrachée, pricipalement des orties. Rien de mieux que des palettes pour bricoler ça, je pars donc en chasse dans la zone industrielle et je reviens avec tout ce qu’il faut.

Rien de plus simple, je fais le montage sans effort avec mon cloueur pneumatique (encore un de ces outils indispensables...)Rien de plus simple, je fais le montage sans effort avec mon cloueur pneumatique (encore un de ces outils indispensables...)
Rien de plus simple, je fais le montage sans effort avec mon cloueur pneumatique (encore un de ces outils indispensables...)

Rien de plus simple, je fais le montage sans effort avec mon cloueur pneumatique (encore un de ces outils indispensables...)

Et voilà mon premier bac de 1,2m x 1,2m. Par la suite, j’en rajouterai un second pour pouvoir le retourner.

Vidage de la fosse et couverture du filtre

A l’aide d’une petite pompe submersible, je commence par vider l’eau du trou et de l’intérieur de la cuve.

J’évacue l’eau directement dans le filtre à sable; comme ça, on ne pourra pas dire qu’il n’aura jamais servi à rien…  ;-)
J’évacue l’eau directement dans le filtre à sable; comme ça, on ne pourra pas dire qu’il n’aura jamais servi à rien…  ;-)

J’évacue l’eau directement dans le filtre à sable; comme ça, on ne pourra pas dire qu’il n’aura jamais servi à rien… ;-)

Je peux donc maintenant très facilement redresser la cuve dans son trou.

Mais on voit bien que le trou est très largement insuffisant.

Mais on voit bien que le trou est très largement insuffisant.

Pour combler le dessus du filtre, je vais recomposer un sol arable; pour ce faire, je vais tout d’abord y jeter le tas bois retiré du sol, puis terminer avec la terre extraite des différentes buttes.

Jardinage de printemps, la suite…
Jardinage de printemps, la suite…

Taper dans la butte…

Maintenant que je sais où mettre la terre, je vais m’attaquer à la butte qui se trouve en face de la porte; pour mémoire, il s’agit de celle-là :

Pelle, rateau, brouette, huile de coude, tout est bon. Pelle, rateau, brouette, huile de coude, tout est bon.
Pelle, rateau, brouette, huile de coude, tout est bon.

Pelle, rateau, brouette, huile de coude, tout est bon.

Très vite, le tas révèle sa vraie nature : débris de chantier, pierres, briques, béton, bidons, plastiques divers, etc…

Très vite, le tas révèle sa vraie nature : débris de chantier, pierres, briques, béton, bidons, plastiques divers, etc…

Je débarrasse le tas de tous ses indésirables qui partiront à la déchetterie, je conserve les pierres, briques et bouts de béton (ils me serviront plus tard à combler le dessous de ma banquette chauffante), et je déverse tout le reste sur mes rondins de bois.

Jardinage de printemps, la suite…
Jardinage de printemps, la suite…Jardinage de printemps, la suite…Jardinage de printemps, la suite…
Jardinage de printemps, la suite…Jardinage de printemps, la suite…

Le petit jardin

Là aussi, mon bel alignement de septembre dernier a viré à la forêt vierge !

Jardinage de printemps, la suite…
Jardinage de printemps, la suite…

Avec les tournesols depuis longtemps supprimés, un radis de 2m de haut (pour les graines), la roquette en fleur (pour la même raison), et tout le reste envahi par à peu près n’importe quoi.
Il est temps d’y mettre bon ordre !

Je commence par dégager les deux premières planches le long du grillage,

Je commence par dégager les deux premières planches le long du grillage,

dans lesquelles je vais semer une rangée de fèves,

dans lesquelles je vais semer une rangée de fèves,

et deux rangées de petits pois.

et deux rangées de petits pois.

Pour la suite, on verra plus tard !

Pour la suite, on verra plus tard !

Les patates !

Une photo valant mieux qu’on long discours, voilà où ça en est :

J’ai remis un peu de terre (environ 2 cm) et je ferai ça régulièrement. A suivre !

J’ai remis un peu de terre (environ 2 cm) et je ferai ça régulièrement. A suivre !

Et le reste des plantations

D’abord les arbres; ils sont en feuilles ! Je n’étais pas du tout sûr de leur qualité, ni de même de mes capacités à les planter. Je suis rassuré, et même l’un des pommiers est en fleur :

La planche de fraises a survécu aux dernières gelées.
La planche de fraises a survécu aux dernières gelées.La planche de fraises a survécu aux dernières gelées.

La planche de fraises a survécu aux dernières gelées.

J’ai rapporté du midi une chayotte que ma mère m’avait mise à germer. Je l’ai installée dans un bon trou rempli de bonne terre en espérant qu'elle se plaira ici.

J’ai rapporté du midi une chayotte que ma mère m’avait mise à germer. Je l’ai installée dans un bon trou rempli de bonne terre en espérant qu'elle se plaira ici.

Et à côté d’elle, j’ai repiqué 3 salades, rescapées du débroussaillage du petit jardin où je les avais semées l’an dernier. Elles tiendront, ou pas, mais je n’ai pas eu le cœur de les jeter au composteur avec le reste des herbes.

Et à côté d’elle, j’ai repiqué 3 salades, rescapées du débroussaillage du petit jardin où je les avais semées l’an dernier. Elles tiendront, ou pas, mais je n’ai pas eu le cœur de les jeter au composteur avec le reste des herbes.

C'est tout pour cette petite semaine. J'ai dû rentrer précipitamment à Paris à cause d'une fuite d'eau (!), mais de toutes façons les prévisions météo à venir n'étaient pas extraordinaires. Pas plus qu'elles ne le sont encore même pour les premiers jours de mai.

Visite prévue à la Foire de Paris mercredi prochain (30/4), pour un autre projet dont je vous parlerai bientôt, et retour à Lavaud dans la foulée.

Restez à l'écoute !!!

Commenter cet article

despwell 29/04/2014 21:08

Ça avance doucement mais surement. J'attend la suite pour la phytoépuration et les butes.
Bon courage

Alynpier 29/04/2014 21:38

Ça se met en place doucement... dans ma tête ! Cette année, je compte surtout résoudre les différents problèmes importants. L'assainissement, bien sûr, mais aussi la toiture (à revoir, un peu), la cheminée (un conduit à construire), la mise en place du rocket mass heater, et si possible le percement du mur sud. Dès que le jardin sera "opérationnel" et que la météo permettra de travailler à l'intérieur.